Nouveau

Orlando PF-99 - Histoire

Orlando PF-99 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Orlando
(PF-99 : dp. 1430 1. 304'; b. 38'; dr. 13'8"; s. 20 k.; cpl. 201 a. 2 3"; cl. Tacoma)

Orlando (PF-99) a été autorisé en tant que PG-207, reclassifié PF-99 en avril 1943, mis en service le 2 août 1943 dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime par American Shipbuilding Co., Cleveland, Ohio; lancé le 1er décembre 1943; parrainé par Mme E. Harold Johnson; et commandé le 15 novembre 1944, le lieutenant Comdr. James A. Hyslop, USCG, aux commandes.

Après qu'Orlando ait effectué une croisière d'essai aux Bermudes, son premier convoi a quitté Hampton Roads le 7 février 1945. Orlando a rassemblé les retardataires depuis sa position à l'arrière du convoi de 37 navires à destination de Mers el Kebir, en Algérie, en Afrique du Nord. Le convoi a traversé le détroit de Gibraltar le 22 février et est arrivé à Mers el Kebir deux jours plus tard.

Le 3 mars, le service d'escorte a repris lorsqu'un convoi de 43 navires a commencé sa route à travers l'océan Atlantique. Le 15 mars, diverses unités du convoi ont commencé à se détacher du corps principal des navires et Orlando a quitté le convoi pour se rendre à Boston, dans le Massachusetts.

Après des exercices de formation, Orlando GommenG a effectué son deuxième voyage transatlantique à Mers el Kebir en tant qu'écran de convoi. Le navire est resté à Mers el Kebir jusqu'à ce qu'il rejoigne un convoi à destination des États-Unis le 2 mai. Une fois la traversée terminée, le convoi a commencé à se séparer le 14 mai et Urlando est revenu à New York avec une partie du convoi avant de se rendre à Boston pour les réparations du voyage.

Le 5 juillet, l'Orlando est parti pour New York pour être converti en navire météorologique et se préparer pour un service éloigné. La frégate est devenue en route du Port de New York le 10 août à destination du Canal de Panama. En chemin, la conclusion heureuse de la guerre contre le Japon fut annoncée.

Le navire a transité par le canal de Panama et est arrivé à Pearl Harbor le 5 septembre 1945. Cinq jours plus tard, Orlando et Gulfport se sont éloignés du canal à Pearl Harbor et ont mis le cap sur Adak, îles Andreanof, pour s'amarrer à Sweepers Cove, Adak le 16 septembre.

Le navire a pris une station météorologique dans la zone autour de 43 degrés Nord, 165 degrés Est du 7 au 25 octobre. Au cours du mois de novembre, le navire a été amarré à Finger Bay, Adak. Le service solitaire de la station météo s'est poursuivi alors qu'Orlando est resté dans la région d'Adak jusqu'à son arrivée à Seattle, Washington, le 12 mai 1946.

La carrière navale de la frégate Orlando se termina à Seattle où elle fut mise hors service le 27 juin 1946, rayée de la Navy List le 19 juillet 1946 et vendue pour démolition le 10 novembre 1947 à la Zidell Ship Dismantling Company.


WonderWorks est un parc d'attractions pour l'esprit avec 35 000 pieds carrés de « du-divertissement ». L'attraction combine éducation et divertissement avec plus de 100 expositions pratiques qui défient l'esprit et stimulent l'imagination.

Ce laboratoire autrefois top secret était situé dans le triangle des Bermudes. Un expérience qui a mal tourné a soulevé le laboratoire en le transportant jusqu'à International Drive à Orlando, en Floride, où il a atterri à l'envers. Heureusement, toutes les expositions sont restées intactes et disponibles pour les invités à explorer.


Contenu

Premiers coups et prise d'otages Modifier

Le 11 juin 2016, Pulse, une discothèque gay d'Orlando, en Floride, accueillait "Latin Night", un événement hebdomadaire du samedi soir attirant une foule principalement latino. [3] [4] Environ 320 personnes étaient encore à l'intérieur du club, qui servait les boissons du dernier appel vers 2 h 00 HAE le 12 juin. [5] [6] À peu près au même moment, Omar Mateen est arrivé au club via une camionnette de location, le garant sur le parking d'un magasin de voitures voisin. [1] [7] Il est sorti et s'est dirigé vers le bâtiment armé d'un fusil semi-automatique SIG Sauer MCX [8] et d'un pistolet semi-automatique Glock 17 de 9 mm. [9] [10] [11] [12] Il portait une chemise à carreaux verte, bleue et blanche, un T-shirt blanc en dessous et un pantalon cargo beige. [1] À 02h02, Mateen a contourné l'agent Adam Gruler, un officier en uniforme du service de police d'Orlando (OPD) travaillant en service supplémentaire [13] [14] en tant qu'agent de sécurité, est entré dans le bâtiment par son entrée sud, et a commencé à tirer sur les clients. [1] [5] [6] [15] Des dizaines ont été tués ou gravement blessés à l'intérieur de la boîte de nuit bondée, directement ou par ricochets. [1] [16]

Gruler s'est mis à couvert et a appelé un signal d'assistance. Il a déclaré à une équipe d'évaluation de la Police Foundation qu'il avait immédiatement reconnu que son arme de poing ne ferait pas le poids face au fusil de Mateen. [1] Lorsqu'il a vu Mateen tirer sur deux clients qui tentaient de s'échapper par une sortie de secours, Gruler a tiré sur lui. [1] [15] [17] En réponse, Mateen s'est retiré dans la boîte de nuit et a continué à tirer sur les victimes alors qu'il traversait le bâtiment, tirant parfois sur les corps sans vérifier s'ils étaient déjà morts. [1] Lorsque des officiers supplémentaires sont arrivés à la boîte de nuit à partir de 02h04, Gruler a crié "[Le tireur] est dans le patio!" et a repris le feu sur Mateen une minute plus tard. [1] [14] [18] Deux officiers ont rejoint Gruler pour engager Mateen, qui s'est ensuite retiré plus loin dans la boîte de nuit et "a commencé une 'prise d'otage'" dans l'une des salles de bains. [1] [5] [19] [20] En moins de cinq minutes, Mateen avait tiré environ 200 cartouches, s'arrêtant seulement pour recharger. [1]

Pendant la fusillade, certaines des personnes piégées à l'intérieur du club ont demandé de l'aide en appelant ou en envoyant des SMS à des amis et des proches. Au départ, certains d'entre eux pensaient que les coups de feu étaient des pétards ou faisaient partie de la musique. [21] [22] [23] Un vétéran de la Marine récemment démobilisé travaillant comme videur de boîte de nuit a immédiatement reconnu les sons comme des coups de feu, qu'il a décrits comme "de haut calibre", et a sauté par-dessus une porte verrouillée derrière laquelle des dizaines de personnes étaient cachées et paralysées par peur, puis a ouvert une porte verrouillée derrière eux, permettant à environ 70 personnes de s'échapper. [24] [25] Beaucoup ont décrit une scène de panique et de confusion causée par la musique forte et l'obscurité. Une personne s'est protégée en se cachant dans une salle de bain et en se couvrant de corps. Un barman a dit qu'elle s'était cachée sous le bar en verre. Au moins un client a essayé d'aider ceux qui ont été touchés. [26] Selon un homme piégé dans une salle de bain avec quinze autres clients, Mateen a tiré seize fois dans la salle de bain, à travers la porte fermée, tuant au moins deux personnes et en blessant plusieurs autres. [27]

Selon l'un des otages, Mateen est entré dans une salle de bain du côté nord-ouest de la boîte de nuit et a ouvert le feu sur les personnes qui s'y cachaient, en blessant plusieurs. L'otage, qui s'était caché à l'intérieur d'un box avec d'autres, a été blessé par deux balles et touché par des morceaux volants d'un mur touché par des balles perdues. Peu de temps après être entré dans les toilettes pour femmes, le fusil de Mateen s'est coincé. Il a ensuite jeté le fusil et est passé à son pistolet Glock 17. [28] [29] [30] Deux survivants ont cité Mateen en disant : « Je n'ai pas de problème avec les Noirs », [31] [32] et qu'il « n'arrêterait pas son assaut jusqu'à ce que l'Amérique cesse de bombarder son pays". [33] D'autres survivants ont entendu Mateen prétendre qu'il avait des explosifs ainsi que des tireurs d'élite postés autour du club. [34]

Les clients piégés à l'intérieur ont appelé ou envoyé un texto au 9-1-1 pour avertir de la présence possible d'explosifs. [35]

Intervention d'urgence Modifier

Au cours des 45 minutes suivantes, environ 100 agents de l'OPD et du bureau du shérif du comté d'Orange ont été dépêchés sur les lieux. [20] Parmi les premiers intervenants à arriver, il y avait une équipe de pompiers de la caserne de pompiers 5 et deux ambulanciers paramédicaux des pompiers de la caserne de pompiers 7 . Quatre-vingts pompiers et membres du personnel des services médicaux d'urgence du service d'incendie d'Orlando ont été déployés pendant tout l'incident. [36]

À 2 h 09, plusieurs minutes après le début des coups de feu, le club a posté sur sa page Facebook : « Tout le monde n'a plus de pouls [sic] et continuez à courir. » [37] À 02h22, Mateen a passé un appel 9-1-1, au cours duquel il a mentionné les bombardiers du marathon de Boston – Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev – comme ses « homeboys » et a fait référence à Moner Mohammad Abu Salha, un citoyen américain décédé dans un attentat suicide en Syrie en 2014. [20] [38] [39] Mateen s'est dit inspiré par la mort d'Abu Salha pour le Front Al-Nusra ciblant les troupes gouvernementales syriennes (un ennemi commun des deux groupes salafistes, malgré leurs antécédents de violence entre eux), et a juré allégeance [40] au chef de l'EIIL al-Baghdadi. [41] Le FBI a déclaré que Mateen et Abu Salha avaient fréquenté la même mosquée et se connaissaient " avec désinvolture". [42] Mateen a fait deux autres appels au 9-1-1 pendant la fusillade. [39] De nombreux appels au 9-1-1 ont été passés par les clients à l'intérieur de la boîte de nuit à cette époque. [43]

Après les premiers coups de feu entre Mateen et Gruler, six officiers ont tiré par une grande fenêtre en verre et ont suivi le bruit des tirs jusqu'à la salle de bain. Lorsque Mateen a sorti sa tête de l'une des salles de bain, au moins deux policiers lui ont tiré dessus. Après l'arrêt des coups de feu, ils ont reçu l'ordre de maintenir leur position au lieu de prendre d'assaut la salle de bain, selon l'un des officiers. [15] [28] [44] Après environ 15 à 20 minutes, le SWAT est arrivé et les officiers se sont retirés car les officiers n'étaient "pas vraiment en tenue tactique". Le SWAT a alors repris l'opération. [44] Lorsqu'on lui a demandé pourquoi les policiers ne sont pas allés aux toilettes et n'ont pas engagé Mateen, le chef de la police d'Orlando, John Mina, a déclaré que c'était parce que Mateen « est passé d'un tireur actif à un tireur barricadé » et avait des otages. Il a également noté: "S'il avait continué à tirer, nos officiers seraient entrés là-bas." [28] A cette époque, le dernier coup de feu de Mateen a été tiré entre 2h10 et 2h18 du matin [45]

Les sauvetages de personnes piégées à l'intérieur de la boîte de nuit ont commencé et se sont poursuivis toute la nuit. Parce que tant de gens étaient allongés sur la piste de danse, un officier secouriste a demandé : « Si vous êtes vivant, levez la main. [16] À 2 h 35 du matin, la police avait réussi à extraire la quasi-totalité des blessés de la boîte de nuit. Parmi ceux qui sont restés figuraient les otages retenus par Mateen dans la salle de bain, ainsi qu'une dizaine de personnes qui se cachaient à l'intérieur des vestiaires. [46]

Appels téléphoniques et négociations Modifier

À 2 h 45, Mateen a appelé News 13 d'Orlando et lui a dit : "Je suis le tireur. C'est moi. Je suis le tireur." Il a ensuite déclaré qu'il menait la fusillade au nom de l'EIIL et a commencé à parler rapidement en arabe. [47] [48] Mateen a également déclaré que la fusillade avait été "déclenchée" par un bombardement dirigé par les États-Unis en Irak qui a tué Abu Wahib, un commandant militaire de l'EIIL, le 6 mai. [49]

Un négociateur de crise était présent alors que Mateen était retenu à l'intérieur et retenait des otages. [50] [51] Les officiers ont d'abord cru qu'il était armé d'un « dispositif suspect » qui représentait une menace, mais il s'est avéré plus tard qu'il s'agissait d'une batterie qui est tombée d'un panneau de sortie ou d'un détecteur de fumée. [52]

Les négociateurs d'otages de la police ont parlé avec Mateen par téléphone à trois reprises entre 02h48 et 03h27 [53] Il a affirmé lors d'un des appels qu'il avait des bombes attachées à son corps. [50] [53] Il a également affirmé qu'il "avait un véhicule dans le parking avec suffisamment d'explosifs pour éliminer les pâtés de maisons". [16] À 3 h 58 du matin, l'OPD a annoncé publiquement la fusillade et confirmé de multiples blessures. [20] À 4 h 21 du matin, huit des otages se sont échappés après que la police eut retiré une unité de climatisation d'un mur extérieur. [20] [53] Vers 4 h 29 du matin, Mateen a déclaré aux négociateurs qu'il prévoyait d'attacher des gilets explosifs, similaires à ceux utilisés lors des attentats de Paris de novembre 2015, à quatre otages, de les placer stratégiquement dans différents coins du bâtiment, et les faire exploser en 15 minutes. [1] [35] [50] Les agents de l'OPD ont alors décidé de mettre fin aux négociations et se sont préparés à faire irruption. [20] [21] [50]

Vers 2h30 du matin, la femme de Mateen, après avoir reçu un appel de sa mère vers 2h du matin lui demandant où se trouvait son mari, a envoyé un SMS à Mateen lui demandant où il était. Mateen lui a répondu par SMS pour lui demander si elle avait vu les nouvelles. Après avoir répondu : « Non ? », Mateen a répondu : « Je t'aime, bébé. » Selon une source, elle lui a répondu par SMS à un moment donné qu'elle l'aimait. Elle l'a également appelé plusieurs fois pendant l'impasse, mais il n'a pas répondu. Elle a appris ce qui se passait à 4 heures du matin après que la police lui a dit de sortir de chez elle les mains en l'air. [54] [55]

Un survivant de la fusillade a rappelé Mateen disant qu'il voulait que les États-Unis « arrêtent de bombarder son pays ». [56] [57] Le FBI a dit que Mateen "a dit à un négociateur de dire à l'Amérique d'arrêter de bombarder la Syrie et l'Irak et c'était pourquoi il était 'ici maintenant'". [53] Pendant le siège, Mateen a effectué des recherches sur Internet sur la fusillade, tandis que la police a envoyé un robot tactique pour entrer discrètement dans les toilettes et leur permettre de communiquer avec les otages via audio bidirectionnel. [1]

Sauvetage et résolution Modifier

Le FBI a signalé qu'aucun coup de feu n'a été entendu entre le moment où Mateen a cessé d'échanger des coups de feu avec les premiers intervenants et 5 h 02, lorsque la police d'Orlando a commencé à percer le mur du bâtiment. [53] Juste avant la brèche, Mateen est entré dans une salle de bain pour femmes où se cachaient les otages et a ouvert le feu, tuant un homme qui a sacrifié sa vie pour sauver la femme derrière lui et au moins une autre, selon des témoins. [28] [29]

À 5 h 07, quatorze agents du SWAT - après avoir échoué à percer un trou suffisamment grand dans le mur extérieur de la salle de bain à l'aide d'une bombe en raison de la structure du mur [1] - ont réussi à percer le bâtiment lorsqu'un policier a conduit un véhicule blindé BearCat à travers un mur dans la salle de bain nord. Ils ont ensuite utilisé deux flashbangs pour distraire Mateen et lui ont tiré dessus. [15] [37] [46] [58] [59] La brèche a attiré Mateen dans le couloir, et à 5h14, il a engagé les officiers. Il a été abattu de huit balles et tué dans la fusillade qui a suivi, qui a impliqué au moins onze officiers qui ont tiré environ 150 balles. [46] [58] [60] [61] [62] Il a été signalé "en bas" à 5h17 du matin [58]

À 5 h 05, la police a déclaré qu'une escouade antibombe avait déclenché une explosion contrôlée. [20] [63] À 5 h 53 du matin, la police d'Orlando a posté sur Twitter : « Tir par impulsion : le tireur à l'intérieur du club est mort. » [20] Trente otages ont été libérés lors de l'opération policière. [15] [64] Les survivants ont été fouillés par la police à la recherche d'armes à feu et d'explosifs. [35]

Cinquante personnes sont mortes dans l'incident, dont Mateen, et 58 autres ont été blessées, 53 par balles et cinq par d'autres causes. Certains survivants ont été grièvement blessés. [1] [16] [65]

Décès Modifier

Trente-neuf, dont Mateen, ont été déclarés morts sur les lieux et onze dans les hôpitaux locaux. [26] [37] Sur les trente-huit victimes décédées sur les lieux, vingt sont décédées sur la scène et sur la piste de danse, neuf dans la salle de bain nord de la discothèque, quatre dans la salle de bain sud, trois sur scène, une à l'avant hall et un sur un patio. [16] [30] Au moins cinq des morts n'ont pas été tués pendant la salve initiale de coups de feu par Mateen, mais pendant la prise d'otages dans la salle de bain. [46]

Pulse accueillait Latin Night plus de 90% des victimes étaient d'origine hispanique, et la moitié d'entre elles étaient d'origine portoricaine. [66] [67] Quatre Dominicains et trois citoyens mexicains étaient aussi parmi les morts. [68] [69] Un capitaine de réserve de l'armée américaine en congé au club qui n'était pas en uniforme a également été tué. [70] [71]

L'attaque est la deuxième fusillade de masse la plus meurtrière par un seul tireur dans l'histoire des États-Unis, derrière la fusillade de Las Vegas en 2017 [72] [73] avant la fusillade de Las Vegas, la fusillade de Pulse avait été la fusillade de masse la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis. [74] [75] [76] C'est aussi l'incident de violence le plus meurtrier contre les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) dans l'histoire des États-Unis - dépassant l'incendie criminel du UpStairs Lounge de 1973 [77] - et l'attaque terroriste la plus meurtrière aux États-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001. [26] [78] [79]

Les noms et les âges des victimes tuées ont été confirmés par la ville d'Orlando après que leurs proches aient été informés : [80] [81]

  • Stanley Almodovar III, 23 ans
  • Amanda Alvéar, 25 ans
  • Oscar A. Aracena-Montero, 26 ans
  • Rodolfo Ayala-Ayala, 33 ans
  • Alejandro Barrios Martinez, 21 ans
  • Martin Benítez Torres, 33 ans
  • Antonio D. Brown, 30 ans
  • Darryl R. Burt II, 29 ans
  • Jonathan A. Camuy Vega, 24 ans
  • Ange L. Candelario-Padro, 28 ans
  • Simon A. Carrillo Fernández, 31 ans
  • Juan Chevez-Martinez, 25 ans
  • Luis D. Condé, 39 ans
  • Cory J. Connell, 21 ans
  • Tevin E. Crosby, 25 ans
  • Franky J. Dejesus Velazquez, 50 ans
  • Deonka D. Drayton, 32 ans
  • Mercedez M. Flores, 26 ans
  • Peter O. Gonzalez-Cruz, 22 ans
  • Juan R. Guerrero, 22 ans
  • Paul T. Henry, 41 ans
  • Frank Hernandez, 27 ans
  • Miguel A. Honorato, 30 ans
  • Javier Jorge-Reyes, 40 ans
  • Jason B. Josaphat, 19 ans
  • Eddie J. Justice, 30 ans
  • Anthony L. Laureano Disla, 25 ans
  • Christopher A. Leinonen, 32 ans
  • Brenda L. Marquez McCool, 49 ans
  • Jean C. Mendez Pérez, 35 ans
  • Akyra Monet Murray, 18 ans
  • Kimberly Morris, 37 ans
  • Jean C. Nieves Rodriguez, 27 ans
  • Luis O. Ocasio-Capo, 20 ans
  • Geraldo A. Ortiz-Jimenez, 25 ans
  • Eric Ivan Ortiz-Rivera, 36 ans
  • Joël Rayon Paniagua, 32 ans
  • Enrique L. Rios Jr., 25 ans
  • Juan P. Rivera Velázquez, 37 ans
  • Yilmary Rodriguez Solivan, 24 ans
  • Christopher J. Sanfeliz, 24 ans
  • Xavier Emmanuel Serrano Rosado, 35 ans
  • Gilberto Ramon Silva Menendez, 25 ans
  • Edward Sotomayor Jr., 34 ans
  • Shane E. Tomlinson, 33 ans
  • Leroy Valentin Fernandez, 25 ans
  • Luis S. Vielma, 22 ans
  • Luis Daniel Wilson-Léon, 37 ans
  • Jerald A. Wright, 31 ans

Les autopsies des 49 morts ont été achevées par le bureau du médecin légiste du comté d'Orange le 14 juin [82] et leurs résultats ont été publiés début août. Selon les rapports d'autopsie, de nombreuses victimes ont reçu plusieurs balles de devant ou de côté et à courte distance. Plus d'un tiers ont reçu une balle dans la tête, et la plupart avaient de multiples blessures par balle et ont probablement été abattues à plus de 0,91 mètre. Au total, il y a eu plus de 200 blessures par balle. [83] [84] [85] [86]

Blessures Modifier

De nombreux blessés ont été opérés. [87] La ​​plupart d'entre eux—44 personnes—ont été emmenés au centre médical régional d'Orlando (ORMC), le principal centre de traumatologie régional à trois pâtés de maisons, douze autres sont allés à l'hôpital de Floride à Orlando. [88] [82] [89] Neuf des patients d'ORMC sont morts là et avant le 14 juin, 27 sont restés hospitalisés, avec six dans un état critique. [90] L'ORMC a opéré 76 patients. [91] Le dernier des blessés a été libéré de l'ORMC le 6 septembre, près de trois mois après la fusillade. [90]

Trois Colombiens et deux Canadiens figuraient parmi les blessés. [92] [93] En plus, un officier SWAT répondant a reçu une blessure à la tête mineure quand une balle a frappé son casque de Kevlar. [94]

Le tireur a été identifié comme étant Omar Mateen, 29 ans, [95] un Américain né à New Hyde Park, New York. [96] [97] Ses parents étaient afghans et il a été élevé en tant que musulman. [98] Au moment de la fusillade, il vivait dans un complexe d'appartements à Fort Pierce, en Floride, à 117 milles (188 kilomètres) de la discothèque Pulse à Orlando. [99] [100] [101]

Le corps de Mateen a été enterré dans le cimetière musulman du sud de la Floride, près de Hialeah Gardens. [102]

Vie personnelle Modifier

D'octobre 2006 à avril 2007, Mateen a suivi une formation de gardien de prison pour le Florida Department of Corrections. En tant qu'employé en probation, il a reçu un « licenciement administratif (n'impliquant pas d'inconduite) » [103] sur la recommandation d'un directeur après que Mateen eut plaisanté sur le fait d'apporter une arme à feu à l'école. [104] Mateen a poursuivi sans succès une carrière dans l'application de la loi, échouant à devenir un soldat de l'État de Floride en 2011 et à être admis dans une académie de police en 2015. [103] Selon un camarade de classe de l'académie de police, Mateen a menacé de tirer sur ses camarades de classe dans un barbecue en 2007 « après que son hamburger ait touché du porc » en violation des lois alimentaires islamiques. [105] [106] [107] [108] D'autres témoins ont dit avoir vu Mateen boire de l'alcool et même "se saouler". [109] [110]

Depuis 2007, il était agent de sécurité pour G4S Secure Solutions. [111] [112] L'entreprise a déclaré que deux examens préalables, l'un effectué lors de l'embauche et l'autre en 2013, n'avaient soulevé aucun signal d'alarme. [113] Mateen a tenu un permis d'armes à feu dans tout l'État actif et un permis d'officier de sécurité actif, [114] [115] avait passé un test psychologique et n'avait aucun casier judiciaire. [116]

Après la fusillade, la psychologue qui aurait évalué et autorisé Mateen pour son permis d'armes à feu en 2007 par les archives de G4S a nié l'avoir jamais rencontré ou avoir vécu en Floride à l'époque, et a déclaré qu'elle avait arrêté sa pratique en Floride depuis janvier 2006. G4S a admis que Mateen formulaire avait une "erreur d'écriture" et a précisé qu'il avait plutôt été innocenté par un autre psychologue de la même entreprise qui avait acheté le cabinet du médecin mal nommé. Ce médecin n'avait pas interrogé Mateen, mais avait évalué les résultats d'un test standard utilisé dans le dépistage qu'il avait effectué avant d'être embauché. [117] G4S a par la suite été condamné à une amende pour manquements à son programme de tests psychologiques (voir ci-dessous).

En 2009, Mateen a épousé sa première femme, qui l'a quitté après quelques mois, le divorce du couple est devenu définitif en 2011. Après l'attaque de la boîte de nuit, elle a déclaré que Mateen était "mentalement instable et malade mental" et "évidemment perturbé, profondément et traumatisé". , était souvent physiquement violent et avait des antécédents d'utilisation de stéroïdes. [118] [119] [120] [121] Son autopsie a révélé des signes d'utilisation de stéroïdes à long terme et habituelle, donc plus de tests de toxicologie ont été commandés pour confirmation. [122] Au 15 juillet 2016, les enquêteurs fédéraux ne savaient pas si l'utilisation de stéroïdes par Mateen était un facteur dans l'attaque. [123]

Au moment de la fusillade, Mateen était marié à sa seconde épouse et avait un jeune fils. [124]

Motif Modifier

Dans les heures qui ont précédé la fusillade, Mateen a utilisé plusieurs comptes Facebook pour écrire des messages jurant de se venger des frappes aériennes américaines en Irak et en Syrie et pour rechercher du contenu lié au terrorisme. Ces messages, supprimés depuis, ont été récupérés et inclus dans une lettre ouverte [125] du président du Sénat pour la sécurité intérieure, Ron Johnson, au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour obtenir de plus amples informations sur l'utilisation du site par Mateen. [126] [127] [128]

Au cours de la fusillade, Mateen a appelé le 9-1-1, affirmant qu'il s'agissait d'un acte de représailles pour le meurtre par frappe aérienne, entre autres, du militant de l'EIIL Abu Waheeb le mois précédent. Il a dit au négociateur de dire à l'Amérique d'arrêter les bombardements. [49] [129]

Un camarade de classe anonyme de l'académie de police a déclaré que Mateen lui avait demandé vers 2006, qu'ils avaient passé du temps ensemble dans des bars gays après les cours et qu'il pensait que Mateen était gay. [130] Il l'a décrit aussi comme « socialement maladroit » et détesté par ses camarades de classe. [131] Un homme qui s'est identifié comme l'amant de deux mois de Mateen, "Miguel", a déclaré qu'il croyait que le massacre était par vengeance contre des hommes latinos lorsque Mateen a appris qu'il avait peut-être été exposé au VIH par un Portoricain homme avec qui il a eu des relations sexuelles. [132] [133] [134] Les résultats de l'autopsie de Mateen, cependant, ont montré qu'il était séronégatif. [122] Au moins quatre clients réguliers de Pulse ont déclaré avoir vu Mateen visiter la boîte de nuit à pas moins d'une douzaine d'occasions. L'un d'eux a dit qu'il devenait parfois ivre « bruyant et belliqueux », et à d'autres moments, il buvait seul dans un coin. [96] Selon un témoin qui l'a reconnu à l'extérieur du club une heure avant la fusillade, Mateen lui avait envoyé un message en utilisant Jack'd, une application de rencontres gay, par intermittence au cours d'un an avant l'attaque. [135] Un autre témoin a déclaré que Mateen utilisait Grindr, une application de connexion pour homosexuels, et Adam4Adam, un site Web pour communiquer avec des hommes homosexuels, et avait publié des photos de lui-même sur les deux sites. [130] Un troisième témoin a déclaré que Mateen essaierait d'aller chercher des hommes à la boîte de nuit. [136]

Cependant, selon les autorités fédérales chargées de l'application des lois, le FBI soupçonne les témoins affirmant que l'homosexualité de Mateen pourrait se tromper et a des doutes sur le fait que Mateen était gay. [137] [138] Des sources policières ont déclaré que le FBI n'avait trouvé aucune photo, message texte, application pour smartphone, pornographie ou données de localisation de la tour cellulaire suggérant que Mateen menait une vie homosexuelle, enfermée ou autre. [132] [139]

Le jour de la fusillade, le père de Mateen, Mir Seddique Mateen, a déclaré qu'il avait vu son fils se mettre en colère après avoir vu un couple gay s'embrasser devant sa famille au Bayside Marketplace de Miami des mois avant la fusillade, ce qui, selon lui, pourrait ont été un facteur de motivation. [17] [140] [141] Deux jours plus tard, après que l'orientation sexuelle de son fils soit devenue un sujet de spéculation, le père de Mateen a dit qu'il ne croyait pas que son fils était homosexuel. [142] L'ex-femme de Mateen, cependant, a affirmé que son père l'avait traité d'homosexuel en sa présence. S'exprimant en son nom, son fiancé actuel a déclaré qu'elle, sa famille et d'autres pensaient qu'il était gay et que "le FBI lui a demandé de ne pas le dire aux médias américains". [118]

Lors du procès de sa femme en mars 2018, sa défense a révélé dans une requête que Mateen avait recherché sur Google les "boîtes de nuit du centre-ville d'Orlando" et, après avoir dépassé Disney Springs, avait voyagé entre Pulse et la discothèque Eve Orlando avant de choisir de cibler Pulse. Les témoins du procès ont déclaré que la décision de cibler Pulse a été prise à la dernière minute, [143] et la requête de la défense a fait valoir que cela "suggère fortement que l'attaque contre Pulse n'était pas le résultat d'un plan préalable d'attaque d'une boîte de nuit gay". [144]

Des séquences vidéo de caméras de sécurité ont été récupérées dans la boîte de nuit dans le cadre de l'enquête [145], avec une version censurée plus tard rendue publique lors du procès de la femme de Mateen. [146] Facebook a activé sa fonction "Safety Check" dans la région d'Orlando après la fusillade, permettant aux utilisateurs de se marquer comme "safe" pour informer leur famille et leurs amis - la première utilisation de la fonction aux États-Unis. [147] [148]

Après la fusillade, de nombreux lieux d'affaires aux États-Unis, tels que les centres commerciaux, les cinémas, les bars et les salles de concert, ont réexaminé leurs procédures de sécurité. [149] [150] En outre, les forces de police à travers le pays ont annoncé des plans pour augmenter la sécurité aux points de repère LGBT tels que le Stonewall Inn et aux événements du mois de la fierté, y compris les défilés de la fierté. [151]

Deux anciens membres du SWAT, dont un expert en tactiques de tir actif et entraîneur, ont exprimé leurs doutes quant au retard de trois heures avant de pénétrer dans la boîte de nuit, citant la leçon tirée d'autres fusillades de masse selon lesquelles les officiers ne peuvent minimiser les pertes qu'en entrant rapidement sur un lieu de tir, même si cela signifie se mettre en grand danger. [152]

Seddique Mateen a publié une déclaration vidéo en langue dari via Facebook le 13 juin pour parler des actions de son fils. [153] [154]

Une émission du 13 juin de la station de radio irakienne de l'EIIL al-Bayan a déclaré que Mateen était « l'un des soldats du califat en Amérique », sans indiquer aucune connaissance préalable de la fusillade. [155]

Le 10 septembre, le Florida Department of Agriculture and Consumer Services a infligé une amende de 151 400 $ à G4S Secure Solutions pour avoir fourni des informations de tests psychologiques inexactes sur plus de 1 500 formulaires sur une période de dix ans, ce qui a permis aux employés de porter des armes à feu. La forme de Mateen faisait partie des personnes étudiées. [156]

Le 4 novembre, il a été signalé que le service de police d'Orlando mettait à niveau son équipement pour les agents après la fusillade, car les agents de la boîte de nuit n'étaient pas bien équipés pour l'événement et étaient donc en danger. L'équipement amélioré comprenait des casques balistiques et des gilets balistiques plus lourds. [157]

À la suite de la fusillade et d'une attaque à la voiture-bélier et de coups de couteau de masse à l'Ohio State University à Columbus, Ohio, une nouvelle initiative fédérale a été lancée, en partie en réponse à au moins une victime saignant à mort à l'intérieur de Pulse pendant la fusillade. L'initiative a été conçue pour former les personnes travaillant dans les écoles et autres lieux publics sur la façon de traiter les blessures avant l'arrivée des ambulanciers paramédicaux sur les lieux. Les médecins ont souligné l'importance pour les membres du corps professoral de l'école de rester calmes et d'évaluer les blessures, mais ont également découragé l'utilisation de procédures d'urgence plus invasives telles que le retrait d'une balle. [158]

Efforts d'assistance aux victimes Modifier

L'Office of Victim Assistance (OVA) du FBI a fourni « des informations, des services d'assistance et des ressources » aux victimes et aux témoins de la fusillade qui, selon leur admissibilité au cas par cas, peuvent avoir consisté en « un financement spécial pour fournir une aide d'urgence. , l'indemnisation des victimes d'actes criminels et le conseil". [159] L'OVA, par l'intermédiaire de son équipe de déploiement rapide d'aide aux victimes et de Crisis Response Canines, a également fourni de l'aide aux intervenants de la fusillade dans les jours qui ont suivi le 12 juin. [160]

Immédiatement après la fusillade, de nombreuses personnes ont fait la queue pour donner du sang dans des centres de don de sang locaux et des sites de transport de sang lorsque OneBlood, une agence régionale de don de sang, a exhorté les gens à faire un don. [161] [162] L'augmentation des dons de sang et le fait que la fusillade visait une boîte de nuit gay a mis en lumière la politique fédérale controversée de la Food and Drug Administration qui interdit aux hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes au cours de la dernière année de donner du sang. Malgré les expressions de frustration et de désapprobation d'un certain nombre d'hommes homosexuels et bisexuels, d'activistes LGBT à travers le pays et d'un groupe de législateurs démocrates [163] exhortant à la levée de l'interdiction, la FDA a déclaré le 14 juin qu'elle n'avait pas l'intention de changer le règlement et réévaluera ses politiques "à mesure que de nouvelles informations scientifiques seront disponibles". [164] [165] [166]

Un centre d'aide aux victimes, Orlando Family Assistance Center, a été ouvert le 15 juin à l'intérieur du Camping World Stadium par la ville d'Orlando. [167] [168] Pendant les huit jours où il a été ouvert, il a aidé 956 personnes de 298 familles. Ceux qui restaient ont ensuite été dirigés vers le Orlando United Assistance Center nouvellement ouvert, mis en place conjointement par la ville et le comté d'Orange, qui, selon le maire d'Orlando, "restera ouvert aussi longtemps qu'il y aura besoin". [169] [170]

Les deux hôpitaux qui ont traité les victimes de Pulse, le centre médical régional d'Orlando et l'hôpital de Floride, ont annoncé fin août qu'ils ne factureraient pas les survivants ni ne demanderaient de remboursement. [171] [172]

La ville d'Orlando a offert des parcelles gratuites et un service funéraire au cimetière de Greenwood appartenant à la ville pour les personnes tuées dans la fusillade. [173] [174] [175]

Campagnes de financement Modifier

Equality Florida, le plus grand groupe de défense des droits LGBT de l'État, a lancé une page de collecte de fonds pour aider les victimes et leurs familles, recueillant 767 000 $ au cours des neuf premières heures. [147] [176] [177] Au 22 septembre 2016, ils ont collecté plus de 7,85 millions de dollars en ligne, un record pour GoFundMe, avec plus de 119 400 donateurs et une moyenne d'environ 66 $ par don. [178] [179] [180]

Une autre campagne de financement, OneOrlando, a été lancée par le maire Buddy Dyer. [181] La Walt Disney Company et NBCUniversal, qui exploitent respectivement le Walt Disney World Resort et le Universal Orlando Resort à proximité, ont chacun fait un don de 1 million de dollars au fonds. [182] [183] ​​Au 12 août, OneOrlando a levé 23 millions de dollars, [184] avec un projet de proposition pour commencer les paiements à partir du 27 septembre sur une base continue dans laquelle les compensations les plus élevées iront aux familles des 49 personnes tuées, puis les 50 victimes qui ont été blessées physiquement et hospitalisées pour une nuit ou plus. L'administrateur du fonds OneOrlando a déclaré que le projet n'avait pas décidé s'il fallait payer les personnes qui ont été retenues en otage mais n'ont pas été blessées, et prendra en compte les commentaires du public lors de deux audiences de 90 minutes qui se tiendront le 4 août. Un calendrier de l'ébauche de proposition a été publié. [185] [186] Le 11 août, son conseil d'administration a décidé que les fonds ne seraient distribués qu'aux « familles des morts, aux survivants qui ont été hospitalisés, aux survivants qui ont cherché un traitement médical ambulatoire et à ceux qui étaient présents dans le club quand les coups de feu ont commencé mais pas physiquement blessés", et que les membres de la famille et les survivants peuvent commencer à déposer des réclamations jusqu'à la date limite du 12 septembre. [184] As of December 1 , OneOrlando paid out over $27.4 million to 299 recipients, according to officials, with six more claims worth an additional $2.1 million still being contested among family members of the slain victims. [187]

IDW Publishing and DC Entertainment created LOVE IS LOVE, a graphic novel sold to raise money for the victims. The novel became a New York Times best seller and more than $165,000 was raised. Through Equality Florida, the proceeds were donated to the OneOrlando Fund. [188]

Release of transcripts and videos Edit

A total of 603 calls to 9-1-1 were made by victims, family members and friends of victims, bystanders, and rescue workers during the entire shooting. [189] On June 14 , two dozen news agencies sent a four-page letter to Orlando's city attorney jointly demanding the release of recordings that 9-1-1 callers made on the night of the shooting. The letter also contained a request for scanner and dispatch recordings. The Orlando police refused to release the recordings, citing an "ongoing investigation". [190] [191] June 20 , the FBI released a transcript of the first call by the shooter and a summary of three calls with police negotiators. [53] On July 14 , the University of Central Florida Police Department released nine body camera videos of UCFPD officers who rushed to Pulse to help Orlando police officers during the incident. [192]

On July 18 , the City of Orlando released a detailed 71-page document of OPD officers' accounts and responses to the shooting. Requests to release recordings of 9-1-1 calls, police radio transmissions, and the exchanges between law enforcement and Mateen were denied, citing disagreements over whether they fall under local or federal jurisdiction. The status on the authority over the recordings is pending a court ruling. [193] [194] [195] On July 20 , the Orange County Sheriff's Office (OCSO) released video footage from a body camera worn by one of its deputies during the incident. [196] On July 26 , the Orange County Fire Rescue released a recording of a 9-1-1 call made during the shooting. [197] On July 29 , the OCSO released dozens of pages of documents detailing the deputies' individual accounts of their involvement in the shooting. [198] [199] On August 30 , the OCSO released the 9-1-1 calls it received during the shooting. [200] [201] Two days later, OPD and the city of Orlando released nine of their hundreds of 9-1-1 calls, which were all made by friends and relatives outside of Pulse during the incident the rest are locked in a legal dispute between 24 media groups, OPD, and the city of Orlando. [202] [203] [204] [205]

On September 14 , the city of Orlando released 23 additional 9-1-1 calls made during the shooting. [206] [207] These included calls made from rescue workers advising preparedness for dozens of victims, [189] a patron who escaped from Pulse with a friend who was shot, and the brother of a woman who was shot several times and trapped inside a bathroom in the nightclub. [208] On October 31 , the City of Orlando released nearly 30 minutes of recordings of police negotiators talking with Mateen during the course of the shooting, after a judge with the Ninth Judicial Circuit Court of Florida ruled that these calls should be made public. A total of 232 other calls are still being withheld by the city. [209] [210]

On November 10 , the Orange County Sheriff's office released about two dozen videos of body camera footage of officers at the perimeter of the nightclub during the shooting. The footage, which was heavily censored, depicted officers conducting searches of bathrooms in the nightclub and tending to survivors. [211] [212] [213] On November 14 , the City of Orlando released 36 police audio recordings made during the shooting, which record officers' attempts to contact Mateen, their remarks on his "serious, unruffled attitude", and their conversations about how to respond to the hostage situation. [214] [215] Also released that day was an additional 9-1-1 call made by a woman who made it out of the nightclub with her sister, who was shot. [216] The next day, on November 15 , 21 additional 9-1-1 calls were released. [45] [217] This was followed by three additional hours of 9-1-1 calls released on November 16 . In many of these calls, people trapped inside bathrooms, kitchens, and an upstairs office were questioning why police had yet to enter the nightclub. [45] Two days later, on November 18 , 107 pages of transcripts of more than 30 9-1-1 calls were released. These calls were made during the first ten minutes of the shooting, and had to be released in the form of transcripts after a judge deemed them too graphic to be released as audio recordings. According to a city spokesman, all 9-1-1 calls made during the shooting have now been released to the public. [218] [219] [220]

Future of Pulse Edit

On September 14 , 2016, the City of Orlando announced it would pay $4,518 to erect a new fence around the Pulse nightclub on September 19 . The fence will feature a commemorative screen-wrap with local artwork that would serve as a memorial to the victims and survivors of the shooting. [221] [222] It will also be smaller than the nightclub's previous fence, in order to allow for more efficient navigation by passers-by. [221]

On November 8 the City of Orlando announced its plans to purchase the Pulse nightclub later that month for $2.25 million and turn the site into a memorial for the victims and survivors of the shooting. The announcement was met with praise from Orlando's LGBT community. [223] However, the vote was postponed on November 15 , with the city explaining that "more time was needed to plan a future memorial", and that there was some discomfort from city officials over having to pay such an amount of money. The vote was expected to be held on or before December 5 . [224] In December 2016, the owner declined to sell the nightclub to the city due to emotional attachment. [225] The owner then created the onePULSE Foundation, and in May 2017, announced plans for a memorial site and museum slated to open in 2022. [226] [227]

Classification Edit

Officials have characterized the shooting as an act of terrorism. FBI Assistant Special Agent in Charge Ron Hopper [228] called the shooting a hate crime and an act of terrorism [229] and Jerry Demings, a sheriff from the Orange County Sheriff's Office, classified it as domestic terrorism. [5] City of Orlando Chief of Police John W. Mina said Mateen seemed organized and well-prepared. [230] On March 13, 2018, the time of Mateen's wife's trial for aiding the attack, the FBI had still declined to classify it as a hate crime, and the prosecution said it had never contemplated arguing Mateen had targeted gays. [231] It instead only (unsuccessfully) argued she provided material support to a foreign terrorist organization. [232]

On June 13 , FBI Director James Comey told reporters, "So far, we see no indication that this was a plot directed from outside the United States and we see no indication that he was part of any kind of network". He said the United States Intelligence Community was "highly confident that this killer was radicalized at least in part through the Internet", [233] and that the investigation had found "strong indications of radicalization by this killer and of potential inspiration by foreign terrorist organizations". [234] Several days after the shooting, the FBI announced on its website that it has become "the lead law enforcement agency responsible for investigating the shooting at Pulse nightclub in Orlando, Florida, on June 12 , 2016". [159] The agency took the lead after the shooting was classified as a terrorist attack due to Mateen's pledge of allegiance to ISIL during the event. [61]

According to Senator Ron Johnson, Mateen searched online for references to the shooting during the attack, and made posts on Facebook expressing his support for Islamic State, saying "You kill innocent women and children by doing us [sic] airstrikes. Now taste the Islamic state vengeance." [235]

Weapons Edit

Federal officials said a SIG Sauer MCX semi-automatic rifle and a 9mm Glock 17 semi-automatic pistol were recovered from Mateen's body, along with additional rounds. [12] [236] [237] Mateen had legally purchased the two guns used in the shooting from a shop in Port St. Lucie: the SIG Sauer MCX rifle on June 4 and the Glock 17 pistol on June 5 . [8] [238] He and law enforcement were reported to have fired over 200 rounds. [23] [239] [240] From his car, "hundreds of rounds" were found along with a .38 caliber Smith & Wesson revolver this gun was not used in the shooting. [61] [237]

Previous FBI investigation of Mateen and cooperation with Seddique Edit

Mateen became a person of interest to the FBI in May 2013 and July 2014. The 2013 investigation was opened after he made comments to coworkers about being a member of Hezbollah and having family connections in al-Qaeda, [241] and that he had ties to Nidal Hasan—perpetrator of the 2009 Fort Hood shooting—and Dzhokhar and Tamerlan Tsarnaev—perpetrators of the Boston Marathon bombing. According to new documents released on July 18 , Mateen said that he made these comments in response to "a lot of harassment" and frequent derogatory epithets made by St. Lucie County Sheriff's deputies and his G4S coworkers, who taunted and made jokes about him being a possible Muslim extremist. [242] [243] The comments resulted in his employer G4S removing Mateen from his post and the county sheriff reporting him to the FBI. [243] [244] The documents also show him saying that he was "1000% American" and writing that he was against any "anti American" and "anti humanity" terrorist organizations. [242]

The 2014 investigation was opened after he was linked to Moner Mohammad Abu Salha, [98] an American radical who committed a suicide bombing in Syria. Mateen was interviewed three times in connection with the two investigations. Both cases were closed after finding nothing that warranted further investigation. [114] [233] [245] After the shooting, Director Comey said the FBI will review its work and methods used in the two investigations. When asked if anything could have or should have been done differently in regard to Mateen, or the FBI's intelligence and actions in relation to him, Comey replied, "So far, the honest answer is, 'I don't think so'". [246]

A little over a month after the shooting, the FBI provided more details about its May 2013 – March 2014 investigation into Mateen, which was closed after a veteran FBI agent assigned to the case and his supervisor concluded that "there was just nothing there" and removed his name from the Terrorist Watchlist. Mateen was interviewed twice during the investigation, and had provided a written statement in which he confessed that he had previously lied to FBI investigators. During the investigation, the FBI had tracked his daily routine using unmarked vehicles, closely examined his phone records, and used two informants to secretly record his face-to-face conversations. The FBI Director said that they could have taken more initiative in gaining access to his social media accounts in 2013, but noted that back then such checks were not yet "part of [their] investigative DNA". However, it would not have mattered, as the analysis of Mateen's computer after the shooting showed that his social media accounts, including Facebook, had no ties to any terrorist groups, and that he did not post any "radical statements" until the early morning of the shooting. The FBI in 2013 also did not have the probable cause needed to obtain a search warrant in order to secretly listen to his phone calls or probe into Mateen's computer. [247]

On July 26 , a Senate homeland security committee chairman sent a four-page letter to the inspector general of the U.S. Department of Justice (DOJ) requesting an independent review of the FBI's 2013 and 2014 investigations. He wrote that if Mateen had stayed on the FBI watch-list, the federal agency would have been notified if he tried to purchase firearms, in which case "law enforcement potentially could have uncovered information on social media or elsewhere of Mateen's radicalization". [248]

On March 24, 2018, Sara Sweeney, the assistant attorney prosecuting Mateen's wife, Noor Salman, disclosed to her defense after the discovery period that her father-in-law, Seddique Mateen, was an FBI informant at various points between January 2005 and June 2016. [249] Agent Juvenal Martin, who handled the elder Mateen since 2006, said he considered making Omar an informant as well, after investigating and clearing him in 2013. [250] [251]

Searches and possible accomplices Edit

U.S. officials said Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) may have inspired Mateen without training, instructing, or having a direct connection with him. [155] [252] [253] Investigators have said no evidence linking Mateen to the group has emerged, and have cautioned that the shooting may have been ISIL-inspired without being ISIL-directed, [254] as was the case in the December 2 , 2015 attack in San Bernardino, California. [22] [255] Yoram Schweitzer of the Israeli Institute for National Security Studies suggested that Mateen associated the attack with ISIL to add to the notoriety of the incident, and said it was very unlikely that ISIL had known of him before the shooting. [155]

On June 16 , Director of the Central Intelligence Agency John Brennan told the Senate Intelligence Committee that his agency was "unable to uncover any link" between Mateen and ISIL. [256]

Following the shooting, officers from multiple federal, state, and local law-enforcement agencies (including the FBI, Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives, Florida Department of Law Enforcement (FDLE), St. Lucie County Sheriff's Office, and Fort Pierce Police Department) converged on Mateen's home in Fort Pierce and another home in Port St. Lucie. A bomb squad checked Mateen's Fort Pierce home for explosives. [257] In June 2016, the House Intelligence Committee said that United States investigators "are searching for details about the Saudi Arabia trips Mateen made in 2011 and 2012." [258] [259] [260]

Senate Intelligence Committee member Angus King said that Mateen's second wife appears to have had "some knowledge of what was going on". [261] [262] Media reports, citing anonymous law enforcement officials, said she was with Mateen as he scouted possible Orlando-area targets (including the Walt Disney World Resort's Disney Springs and the Pulse nightclub) and that she was also with him when he purchased ammunition and a holster in the months leading up to the attack. [263] [264] [265]

Trial and acquittal of shooter's wife Edit

Mateen's second wife, Noor Salman, was arrested in January 2017, at her home in Rodeo, California. [266] She was charged in federal court in Orlando with aiding and abetting as well as obstruction of justice. [267] Federal prosecutors accused her of knowing that Mateen was planning an attack. [268] Salman pleaded not guilty to the charges. [269] Salman moved to dismiss the obstruction charge this motion was denied by U.S. District Judge Paul G. Byron. [270] [271]

Salman's trial took place in March 2018. [272] During the trial, the prosecution revealed it withheld information during discovery that Salman's confession of helping scout potential attack locations was not true based on cell phone evidence, and that the FBI knew this even though it had been used to deny her bail. [251] The defense also sought to dismiss the charges or declare a mistrial on Brady disclosure grounds after this disclosure, and after the prosecution disclosed during the trial that Seddique Mateen had been a confidential FBI informant "at various points in time between January 2005 through June 2016." [273] The court denied Salman's motion to dismiss the charges or declare a mistrial. [250] [272] On March 30 the jury acquitted Salman of both charges. [274] [275] One survivor of the shooting called the acquittal "devastating" for the victims of the shooting. [276]

Progress Edit

In July 2016, law enforcement officials reported that the FBI—after conducting "interviews and an examination of his computer and other electronic media"—had not found any evidence that Mateen targeted Pulse because the nightclub was a venue for gays or whether the attack was motivated by homophobia. According to witnesses, he did not make any homophobic comments during the shooting. Furthermore, nothing has been found confirming the speculation that he was gay and used gay dating apps however, the FBI "has found evidence that Mateen was cheating on his wife with other women". Officials noted that "there is nothing to suggest that he attempted to cover up his tracks by deleting files". Generally, "a complete picture of what motivated Mateen remains murky and may never be known since he was killed in a shootout with police and did not leave a manifesto". [132] The FBI has yet to conclude its investigation. [61] [277]

In September 2016, an imam for a mosque in Kissimmee released video footage showing what appeared to be Mateen on June 8 , four days before the shooting, praying for about ten minutes. The imam said Mateen was praying there with his wife and child, and had no verbal exchanges with any of the other attendants. Though the FBI was already in possession of the mosque's security recordings, the video footage was released to the public only after a series of bombings or bombing attempts in New York and New Jersey, and a mass stabbing at a Minnesota shopping mall in September 2016. [278]

Evaluations of performance of law enforcement Edit

At the request of John Mina, the Orlando chief of police, the U.S. Department of Justice's Office of Community Oriented Policing Services (COPS) conducted a third-party "after-action assessment" of the Orlando Police Department's response to the shooting and its overall preparedness. [279] [280] COPS commissioned the Police Foundation to prepare the report, which was released in December 2017. The report concluded that the Orlando Police Department response "was appropriate and consistent with national guidelines and best practices" and saved lives. [281] The report stated: "The initial tactical response was consistent with the OPD's active shooter training and recognized promising practices. However, as the incident became more complex and prolonged, transitioning from a barricaded suspect with hostages to an act of terrorism, the OPD's operational tactics and strategies were challenged by the increasing threat posed by the suspect's claim of improvised explosive devices inside the club and in vehicles surrounding the club." [281] The report authors noted that they lacked access to FBI reports and other data about the crime scene and shooter, and did not have information about "potential law enforcement friendly fire." [281]

In April 2017, the Orlando Sentinel obtained a copy of a 78-page presentation given by Mina to some ten police groups located around the world, which discussed the OPD's response to the attack and what it has learned. The presentation offered a comprehensive timeline of the attack and included diagrams and still photos from body camera footage showing officers in their initial confrontation with Mateen. According to the presentation, 500 interviews were conducted, 1,600 leads were followed up on, more than 950 pieces of evidence were collected, and more than 300 people were subpoenaed. [16]

In December 2016, the Florida Department of Law Enforcement completed a 35-page "after-action report" about its response to the nightclub during the shooting. [282] [283] The report was publicly released in August 2017 after a public records request made by the Orlando Sentinel. [282] [283] The report generally praised the FDLE's handling of the nightclub shootings, but detailed the agency's difficulties in notifying the dead's families and complications arising from its inter-agency policies, which led to them not immediately sharing information about the shooting with federal investigators. [282] [283]

Florida governor Rick Scott expressed support for all affected, and said the state emergency operations center was monitoring the incident. [284] Scott declared a state of emergency for Orange County, Florida, [285] and Orlando mayor Buddy Dyer declared a state of emergency for the city. [286] [287] On June 24 , Scott directed that 49 state flags be flown for 49 days in front of the Florida Historic Capitol in Tallahassee, with the name, age, and photo of every victim displayed beneath each flag. [288]

The Obama administration expressed its condolences to the victims. President Barack Obama ordered that "the federal government provide any assistance necessary to pursue the investigation and support the community." [289] In a speech, he described the shooting as an "act of hate" and an "act of terror". [100] [290] [291] He also issued a proclamation on June 12 ordering United States flags upon non-private grounds and buildings around the country and abroad to be lowered to half-staff until sundown, June 16 . [292] He and Vice President Joe Biden traveled to Orlando on June 16 to lay flowers at a memorial and visit the victims' families. [293]

Many American Muslims, including community leaders, swiftly condemned the shooting. [294] [295] Prayer vigils for the victims were held at mosques across the country. [296] [297] [298] The Florida mosque where Mateen sometimes prayed issued a statement condemning the attack and offering condolences to the victims. [299] The Council on American–Islamic Relations called the attack "monstrous" and offered its condolences to the victims. CAIR Florida urged Muslims to donate blood even while observing the month of Ramadan – which requires Muslims to fast from dawn to dusk – and contribute funds in support of the victims' families. [294] [300] Some Muslim groups called on members to break their Ramadan fast to be able to donate blood. [301]

The United Nations Security Council issued a statement condemning the shooting for "targeting persons as a result of their sexual orientation". It was supported by some countries that suppress homosexual behavior and discussion, such as Egypt and Russia. [302] Samantha Power, United States Ambassador to the UN, led a group of 17 UN ambassadors on a visit to the historic LGBT landmark Stonewall Inn to express their support for LGBT rights in response to the shooting. [303] Countries that released their own statements condemning the shooting include Afghanistan, Egypt, Saudi Arabia, Qatar, Iran, the United Arab Emirates, Kuwait and Turkey. [304]

Many people on social media and elsewhere, including 2016 United States presidential election candidates, members of Congress, other political figures, foreign leaders, and various celebrities, expressed their shock at the event and extended their condolences to those affected. [305] [306] Vigils were held around the world to mourn those who were killed in the shooting, including one held at the banks of Lake Eola Park on June 19 that attracted 50,000 people. [307] [308] [309]

OnePulse Foundation, a charity organization created by a Pulse owner on July 7 , filed documents with a plan to fund and build a memorial at the nightclub. The foundation is collaborating with the city of Orlando to determine the location of the memorial. [310] [311] [312] The non-profit organization also plans to start a fundraising campaign to provide financial help to the surviving victims who were injured and the families of the 49 who were killed. [313]

The LGBTQ gun rights organization Pink Pistols saw its membership increase from 1,500 to 4,500 the subsequent week after the shooting. [314] As of June 24, 2016, membership was over 7,000 with 36 chapters around the country. [315] The group experienced increased interest following Donald Trump's election to the presidency. [316] As of April 2017, the group claimed over 9,000 members. [317]

In the aftermath of the 2018 trial, some media re-assessed the reactions, possible motives, and media narrative of the shooting. [318] [319]


USS Orlando (PF-99)

USS Orlando (PF-99), une Tacoma-class frigate, was the only ship of the United States Navy to be named for Orlando, Florida.

She was authorized with the hull classification symbol PG-207 but reclassified PF-99 in April 1943. Her keel was laid down 2 August 1943 under a Maritime Commission Contract by American Ship Building Company, in Cleveland, Ohio. She was launched on 1 December 1943 sponsored by Mrs. E. Harold Johnson, and commissioned on 15 November 1944 with Lieutenant Commander James A. Hyslop, USCG, in command.

Après Orlando made a shakedown cruise to Bermuda, her first convoy departed from Hampton Roads on 7 February 1945. Orlando rounded up the stragglers from her position in the rear of the 37-ship convoy bound for Mers el Kebir, Algeria, North Africa. The convoy passed through the Strait of Gibraltar on 22 February and arrived at Mers el Kebir two days later.

On 3 March escort duty commenced again as a 43-ship convoy started on its way across the Atlantic Ocean. By 15 March various units of the convoy began to detach themselves from the main body of ships and Orlando departed the convoy to proceed to Boston, Massachusetts.

After training exercises Orlando commenced her second trans-Atlantic voyage to Mers el Kebir as convoy screen. The ship remained at Mers el Kebir until joining a convoy bound for the United States on 2 May. With the crossing completed, the convoy commenced to break up on 14 May and Orlando returned to New York City with a section of the convoy before proceeding to Boston for voyage repairs.

On 5 July Orlando departed for New York to be converted to a weather ship and prepare for distant service. The frigate got underway from New York Harbor 10 August bound for the Panama Canal. On the way the successful conclusion of the war against Japan was announced.

The ship transited the Panama Canal and arrived at Pearl Harbor on 5 September 1945. Five days later Orlando et Gulfport stood out of the channel at Pearl Harbor and set course for Adak in the Andreanof Islands to moor in Sweepers Cove, Adak on 16 September.

The ship took a weather station in the area around 43 degrees North, 165 degrees East from 7 October until 25 October. Through the month of November the ship was moored in Finger Bay, Adak. The lonely weather station duty continued as Orlando remained in the area around Adak until arriving at Seattle, Washington, on 12 May 1946.

The naval career of the frigate Orlando ended at Seattle where she was placed out of commission 27 June 1946, was struck from the Naval Vessel Register on 19 July 1946, and was sold for scrapping 10 November 1947 to the Zidell Ship Dismantling Company.


Films similar to or like Down Periscope

The year 1996 involved many significant films. The major releases this year included Scream, Independence Day, Fargo, Trainspotting, The Rock, The English Patient, Twister, Mars Attacks!, Jerry Maguire and a film version of the musical Evita. Wikipédia

A list of American films released in 1996. 1996 in American television Wikipedia

List of comedy films released in the 1990s. 1990 Wikipedia

The year 1998 in film involved many significant films including Shakespeare in Love (which won the Academy Award for Best Picture), Saving Private Ryan, American History X, The Truman Show, Primary Colors, 'Rushmore', Rush Hour, There's Something About Mary, The Big Lebowski, and Terrence Malick's directorial return in The Thin Red Line. Wikipédia

The year 1999 in film included Stanley Kubrick's final film Eyes Wide Shut, Pedro Almodóvar's first Oscar-winning film All About My Mother, the science-fiction hit The Matrix, the animated works Stuart Little, The Iron Giant, South Park: Bigger, Longer & Uncut and My Neighbors the Yamadas, the Best Picture-winner American Beauty, the well-received The Green Mile, the Pixar sequel film Toy Story 2, and the Deep Canvas-pioneering Disney animated feature Tarzan. Other noteworthy releases included Spike Jonze and Charlie Kaufman's breakout film Being John Malkovich and M. Night Shyamalan's breakout film The Sixth Sense, the controversial cult classic Fight Club and Paul Thomas Anderson's Magnolia. Wikipédia

List of films released in 1994. The Lion King, becoming the highest-grossing Walt Disney Feature Animation film of all-time, although it was slightly overtaken at the North American domestic box office by Forrest Gump, which won the Academy Award for Best Picture. Wikipédia


Orlando PF-99 - History

Now that June is here, Father’s Day is right around the corner and it’s time to start shopping for all…

Summer is here and it’s time to enjoy sunny days and good vibes. What’s a better way to show off…

Adresse

4200 Conroy Road
Orlando, FL 32839

For leasing opportunities please click here .

Aperçu

Follow Us

Les heures

MONDAY – THURSDAY 11AM – 8PM

FRIDAY & SATURDAY 11AM – 9PM

This site uses functional cookies and external scripts to improve your experience. These cookies allow us to distinguish you from other users of our website, which helps us to provide you with a good experience when you browse our website and also allows us to improve our site.

Privacy Settings

This site uses functional cookies and external scripts to improve your experience. Which cookies and scripts are used and how they impact your visit is specified on the left. You may change your settings at any time. Your choices will not impact your visit.

INFORMATION ABOUT HOW WE USE COOKIES
Our website uses a number of cookies. A cookie is a small file of letters and numbers that we put on your computer if you agree. These cookies allow us to distinguish you from other users of our website, which helps us to provide you with a good experience when you browse our website and also allows us to improve our site.

REMARQUE: These settings will only apply to the browser and device you are currently using.

Les cookies nécessaires sont absolument essentiels au bon fonctionnement du site Web. Cette catégorie comprend uniquement les cookies qui assurent les fonctionnalités de base et les fonctions de sécurité du site Web. Ces cookies ne stockent aucune information personnelle.

Tous les cookies qui peuvent ne pas être particulièrement nécessaires au fonctionnement du site Web et sont utilisés spécifiquement pour collecter des données personnelles des utilisateurs via des analyses, des publicités et d'autres contenus intégrés sont qualifiés de cookies non nécessaires. Il est obligatoire d'obtenir le consentement de l'utilisateur avant d'exécuter ces cookies sur votre site Web.


Requesting Records via Traditional Release Form Process

Étape 1: Download Release Form:

Étape 2: Complete ALL sections of the Authorization to Obtain, Release or Review Protected Health Information.

Étape 3: Mail, E-Mail, or Fax Release Form & Photo ID to:

Phone: (321) 841-4449
Fax: (321) 843-6411
E-Mail: [email protected]
Mail: Orlando Health
Health Information Management
3090 Caruso Ct. Suite 50, MP69
Orlando, FL 32806


Orlando PF-99 - History

The endemic occurrence of favism in certain Mediterranean regions provided an investigative opportunity for testing in vivo the validity of claims as to the role of catalase in protecting human erythrocytes against peroxidative injury. Reduced activity of catalase was found in the erythrocytes of six boys who were deficient in erythrocytic glucose-6-phosphate dehydrogenase (G6PD) and who were studied while suffering hemolysis after ingesting fava beans. Activity of catalase was further reduced when their red blood cells were incubated with aminotriazole. In contrast, minimal reduction of catalase activity was found, both with and without incubation with aminotriazole, in erythrocytes of a G6PD-deficient boy who had ingested fava beans 7 days earlier and in erythrocytes of seven G6PD-deficient men with a past history of favism. These results confirmed earlier studies in vitro indicating that catalase is a major disposer of hydrogen peroxide in human erythrocytes and, like the glutathione peroxidase/reductase pathway, is dependent on the availability of reduced nicotinamide adenine dinucleotide phosphate (NADPH). The effect of divicine on purified catalase and on the catalase of intact G6PD-deficient erythrocytes was similar to the previously demonstrated effect on catalase of a known system for generating hydrogen peroxide. This effect of divicine strengthens earlier arguments that divicine is the toxic peroxidative component of fava beans.

Supported by grants from the Consiglio Nazionale delle Ricerche, Special Project “Ingegneria Genetica” (contract no. 93.00042.PF 99), and by funds from Progetto Finalizzato Ministero Sanità 1993 (105 34.2/RF 93.57).

Address reprint requests to Gian Franco Gaetani, MD, Division of Hematological Oncology, Istituto Nazionale per la Ricerca sul Cancro and Istituto di Oncologia Clinica e Sperimentale, University of Genoa, Viale Benedetto XV, 10, 16132 Genoa, Italy.


2016 NBA Free Agency: Here are the top shooters available this summer

Outside shooting is as much a part of NBA strategy now as anything. Being a strong defensive team is important, but if you're constantly needing to score on two possessions to make up for allowing a 3-pointer on the other end, you're buried inside today's math problem on the court. Shooting is now at a premium. NBA teams need 3-point shooters. They would break the bank for a 3-and-D guy who can give you a spaced floor and defend well on the other end. Finding shooting from your big men is also a major plus.

In 2013, the two teams that made the NBA Finals (Miami Heat and San Antonio Spurs) were second and fifth, respectively, in 3-point percentage. In 2014, the eventual champion Spurs were first in 3-point percentage. In 2015, the four teams in the conference finals were four of the top five teams in 3-pointers made. This past season, the top two teams in 3-point makes were the Golden State Warriors and Cleveland Cavaliers, a.k.a. the NBA Finals matchup.

You don't ont to be great at 3-point shooting to be a successful team that goes deep in the playoffs, but it's becoming more and more necessary to be able to attack from everywhere on the court. And if you're going to spend money this offseason, you'll want to make sure you're grabbing someone who can fill it up from deep. Which players are available? Which free agents are just shooters? Who can qualify as a valuable 3-and-D guy? Who are the stretch big men available?

Let's take a look at this summer's available outside shooting (we're not including Kevin Durant because of course he's good):


Florida Driver's License Number Lookup

You can check your driving record or eligibility for driving school, update your online insurance information or Social Security number or access your minor child's driving history on the Florida Department of Highway Safety and Motor Vehicles website. Visit the Driver License Check page and provide your driver's license number to look up your record.

To access the driving history of your child under the age of 18, enter her driver's license number, then the last four digits of her Social Security Number and date of birth.


Voir la vidéo: Jeff Orlando, PF Board Member (Octobre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos